Le vent du nord…

Publié le 17 Janvier 2011

photos---7-0159.jpg

 

• Des souris et de hommes, d'après le roman de John Steinbeck, dessiné par Pierre-Alain Bertola, Delcourt Collec. Mirages 2009

George et Lennie sont de vrais amis, ceux que rien ne sépare. Ils sont journaliers agricoles, vont de ferme en ferme, avec le rêve d'un pécule qui leur permettra d'accéder à leur propre propriété. Mais Lennie est fragile, et la protection de George ne suffit pas pour l'écarter de la dangereuse maladresse. Le texte de Steinbeck est pour moi un fleuve de pouvoirs (celui des mots, de l'écriture, des images). Son personnage Lennie est une référence. Il existe tant d'hommes si fragiles, si maladroits, si mal à l'aise. Tant de mains qui se veulent amour et qui pourtant causent fracas… C'est avec impatience que je me suis lancée sur cette BD. Mais à vous, je conseille d'en rester au roman. L'illustration reste confuse, même si elle évoque tout à fait l'Amérique de Steinbeck. Le récit est respecté, mais Lennie et George n'y ont pas la magie romanesque. L'amour s'effiloche, les doigts n'ont pas la même prestance. Je regrette un peu…

 

photos---7-0165.JPG

 

• La voix, Arnaldur Indridason, métailé, 2007

Le Père Noël est assassiné dans le sous-sol de l'hôtel. Le goûter des enfants est annulé. Le commissaire Erlendur vient dénouer l'affaire. Pas facile dans le monde hôtelier des allers et retours, ce monde où le silence et les secrets sont de mise, pas facile de trouver le noeud qui permettra de découvrir le criminel. D'autant que le Père Noël était le portier de l'hôtel et, par ailleurs, un ancien enfant star, un ancien chanteur prodige. Les secrets du défunt vont réveiller les souvenirs d'enfance du commissaire. Les souffrances de la famille d'Erlendur vont cohabiter avec la trame du dénouement. Un roman qui ne demande pas trop de concentration (si ce n'est celui du repérage dans le jeu des noms de famille islandais, comme d'ordinaire avec Indridason), peut-être un peu lent. Ce fut une bonne lecture de convalescence.

 

Mais l'heure du labeur a sonné, et avec une voix éraillée et une tribu de 4/5 ans, le quotidien au travail n'est guère de tout repos… Mon corps a besoin de calme ce soir, or il reste encore quelques bidouilles de classe à préparer. Ces soirs-là, quand mon Jicé est au boulot et rentre très tard, je suis bienheureuse que mes enfants soient plus grands et donc présents pour m'aider dans les taches du quotidien. Je voudrais m'occuper avec ces jolies pelotes qui me tentent, mais ce sont les préparations qui m'attendent.

Rédigé par nata

Publié dans #les petites lignes

Repost 0
Commenter cet article

mammig 18/01/2011 22:36


lire ou tricoter il faut choisir. J'avais bcp aimé le livre de Steinbeck ainsi que le film de John Ford


milagreen 18/01/2011 22:19


tu comptes tricoter quoi avec ces si jolies pelotes ???!!!
bisous


zimbo 18/01/2011 18:13


au fait, comment va ton homme ?


Fabie 18/01/2011 13:58


bon courage à toi ! Comme je te comprend ... hier avec tout ce quotidien, j'ai fini à 22h passées...
Repose toi aussi ! Bisous bisous


lounatine 18/01/2011 13:10


Repose toi quand même...Et peut-être qu'aujourd'hui, tu trouveras un moment pour les pelotes...


Emma 18/01/2011 02:11


yummmmmm ce bleu de pelotes qui fait envie...
bon courage pour les preparations alors
Emma from san Francisco


MaRgoT 17/01/2011 23:27


Comme je te comprends... ces pelotes sont si belles !


la gamine 17/01/2011 23:13


pas d'inquiétude, tu les auras les préparations ! et même que tu nous nathatricoteras un truc magnifique en plus ! courage !


ln 17/01/2011 21:43


j'adore steinbeck. Bon courage, des jours comme aujourd'hui j'aimerais que mes filles soient plus grandes ;-)


Chloé 17/01/2011 21:34


J'adore ce roman, j'adore les personnages de Georges et Lenny, tiens je vais le relire !!! Merci Nata !!!


Marie-Mei 17/01/2011 21:09


A mort les préparations ! ;)


Les clés de ma maison 17/01/2011 20:31


J'ai lu des souris et des hommes, ça doit être pas mal en BD
Maryline