Roses d'anniversaire et purge estonienne

Publié le 24 Mars 2011

n-7-0558.JPGn-7-0561.JPGn-7-0555.JPG

 

La maison est encore fleurie de la fête d'anniversaire de jicé ce week-end. Et avec la belle lumière de fin de journée, c'est un vrai plaisir. La journée fut merveilleusement ensoleillée. Les enfants avaient le rire facile à l'école, un autre bonheur. Une journée plus légère que l'une de mes dernières lectures.

 

• Purge, Sofi Oksanen, Stock, 2010. Traduit du finnois.

Estonie, pendant l'occupation russe, et après l'indépendance, après la chute de l'URSS.

Estonie 1951/1952, Estonie 1991/1992.

Aliide.

Zara.

Aliide, vieille de deux générations de plus.

Zara la jeune qui avait soif de l'Ouest, mais s'est retrouvée piégée dans un réseau de prostitution.

Aliide, marquée par son passé sous la chappe soviétique, une vieille femme qui se méfie de l'autre, des autres.

Zara arrive, dépenaillée, fuyante, secouée, dans le jardin d'Aliide.

Aliide est aigre, aigrie et torturée par le passé.

Zara a une vieille photo avec elle.

Aliide a une planque dans la maison.

Zara doit se cacher.

Le récit se construit sur des paralèlles.

       1951-1952 // 1991-1992.

       Zara // Aliide.

       Les russes  // le proxénète.

       La grand-mère // la soeur.

       La peur // la peur.

La construction est efficace. Le récit est parfois un peu alambiqué, notamment pour la période où les russes s'installent en Estonie.

Mais ce récit a le mérite de se confronter à deux réalités historiques dures, parfois très violentes. L'arrivée des staliniens en Estonie est une blessure pour ce peuple, une blessure qui a laissé des traces. La prostitution des filles de l'est ne peut pas non plus être négligée avec la chute du bloc communiste. L'auteur dit ces réalités, et les lire n'est pas toujours facile. Les mots ne sont pas violents en soi, mais les réalités oui : le viol, l'occupation, le stalinisme, la terreur, l'avilissement, la fuite, le secret familial, la jalousie. Tout cela se mêle et ne nous laisse pas de marbre à la lecture. Les situations ne sont pas carricaturales. On peut même aisément considérer que l'histoire familiale de l'auteur l'a menée vers ce sujet (sa mère est estonienne). Une purge, sur fond de purge politique.

La prochaine lecture est un peu plus légère…

Rédigé par nata

Publié dans #les petites lignes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Theoma 28/03/2011 18:31


Un livre que je ne suis pas encore prête à découvrir.


sophie 28/03/2011 11:11


ne lise pas...la honte !!!!


sophie 28/03/2011 11:10


Je partage ton avis après la lecture de Purge...c'est tellement "violent" à lire, que je faisais attention que ma fille ne lisent pas sur mon épaule....


mammig 27/03/2011 09:05


un roman qui ne laisse un gout amer et dont on ne sort pas indemne et insensible au sort de ces filles. Des jolies fleurs pr revenir au gout du bonheur.


charlotte 26/03/2011 08:31


Nata je ne comprends pas comment tu réussis à faire autant de chose. Ou alors tu ne dors pas ? :-)


Céleste 25/03/2011 14:45


C'est la première fois que je viens par ici. J'ai déjà lu Purge, que j'ai d'ailleurs beaucoup aimé, mais j'en ai profité pour farfouiller un peu dans tes archives et le livre d'Hector Abad me fait
bien envie...


MamaCami 25/03/2011 09:41


hummm peut-être une lecture un peu trop dure...pas très envie de ça en ce moment. Merci pour cette critique...
Quel est ton prochain livre?


zimbo 25/03/2011 09:19


j'ai aimé ce livre, j'aime tout ce qui touche aux pays de l'Est, mais par contre, j'ai été déçue par la fin, je n'ai pas du tout aimé cette suite de rapports, c'était long, et ça m'a laissé sur ma
"faim" du coup :)


milagreen 24/03/2011 23:39


c'était qd l'anniversaire de Jicé ?!
et, ces roses sont vraiment belles !


stef 24/03/2011 22:14


je l'ai lu aussi et j'ai trouvé cela dur


tiphaine 24/03/2011 22:06


c'était l'anniv de ton chéri?


rachel 24/03/2011 21:19


oh bin didonc encore un livre tres tres noir...didonc...en tout cas belles roses...chouette anniversaire...


Aline 24/03/2011 20:53


je l'ai réservé à la médiathèque