Les rires, les mots, le thé chaud…

Publié le 20 Décembre 2010

mathieuvoiture.jpg

kemaolivia.jpg

 

Nous aurons joué à la neige jusqu'à minuit, mais on aurait pu héberger les amis !

Et aujourd'hui, l'activité a repris : boules, glissades, bonhomme. Les enfants du quartier se retrouvent, les plus grands ont filé au parc avec les luges. Certains déneigent les trottoirs, d'autres jouent à glisser. on s'entraide entre voisins pour les courses. Et puis, dans la maison,  un peu de rangement, des décos de Noël qui sortent petit à petit des cartons et des boîtes ; des thés vanillés plein les tasses, des lectures et des films. Tout cela tandis que jicé affronte les routes à vélo pour aller travailler…

 

DSCN0138.jpg

Je range, un peu. Les bricoles, les pelotes qui errent, les livres finis.

 

Grâce et dénuement, de Alice Ferney.1997

Un camp de gitan en banlieue. Une femme entourée de ses fils, de ses belles-filles et de ses petits enfants. Une famille du voyage sédentarisée. Une bibliothécaire qui vient faire la lecture aux enfants. La difficulté, la rigueur, la souffrance.

Pour moi ce livre accorde une grande place aux femmes. On y lit des mots délicats sur le féminin ,l es entrailles, les relations de couple, la difficulté de s'affirmer, d'affirmer sa féminité. J'y ai lu la force de la femme, la difficulté d'être femme, les interrogations liées à la maternité.

Il est vrai que parfois le regard posé sur le gens du voyage frôle le carricatural, mais en même temps j'y ai retrouvé une ambiance qui ressemblait à celle des familles que j'ai côtoyées quand j'ai travaillé dans l'école qui accueille les familles sédentarisées du terrain du voyage de ma ville.

J'ai aimé me laisser bercer par cette écriture qui cherche à mettre à mal les préjugés et recherche l'ouverture…

 

DSCN0137.JPG

 

Omruvié, Eleveurs de rennes, 1993, Autrement collec. Littérature

Omruvié est né dans une famille d’éleveurs de rennes de la toundra tchouktche (extrémité orientale de la Sibérie). Le roman se passe lors de la collectivisation soviétique, et veut mettre en avant la perte des traditions dans les milieus ruraux reculés.

C'est la promenade enneigée de la journée qui m'avait donné envie d'espace et de neige. Je fus bien déçue, je me suis ennuyée…

 

Rédigé par nata

Publié dans #les petites lignes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mlle sophie 23/12/2010 03:47


Rhoooo toute cette neigeee!!!!! j'adore!
belles fetes, bises :)


ln 22/12/2010 12:54


il n'a pas de skis JC ?
ça retombe ce soir, il parait...


charlotte 21/12/2010 17:28


Dingue toute cette neige chez toi !


coquillette 21/12/2010 12:30


j'ai offert Grâce et Dénuement à une amie sans l'avoir lu. dans la librairie, j'ai craqué sur la couverture (mais qui n'est pas la même que celle ci). j'ai trop envie de le lire...


Lisa 20/12/2010 22:50


Bon tu n'as pas détesté Grâce et dénuement, je suis bien contente ;-)


charlotteb 20/12/2010 21:20


mais que fait Jicé sur la voiture ???!


rosaannoma 20/12/2010 21:15


Impressionnante, la quantité de neige sur les toits des voitures.
Alice Fernay : un de mes auteurs favoris!


notjustmum 20/12/2010 21:01


moi aussi je trouve ça très chouette cette ambiance mais il ne faudrait pas que ça dure comme ça toutes les vacances... c'est un peu "paralysant" quand même, on a l'impression de vivre en autarcie
chez nous ;)
mais tu as raison je vais en profiter pour lire ;)
a bientot


Et-fee-mere 20/12/2010 20:08


C'est quand même particulier cette ambiance enneigée, j'aime:)


mhauna 20/12/2010 18:32


C'est vrai que ces moments blancs sont chouettes!


L'étagère 20/12/2010 17:41


Un super programme!:-)


arrosoir 20/12/2010 17:28


il y avait pourtant beaucoup d’ingrédients appétissants dans ce livre...