La mort m'a oublié en chemin...

Publié le 28 Février 2013

Hier les yeux étaient emplis de larmes, les poils hérissés.

J'ai appelé mes enfants, j'ai voulu leur dire encore une fois combien l'Action était importante dans la vie. J'ai voulu leur dire une fois de plus combien il était impossible de ne pas agir, de ne pas réagir dans cette société en mal de vivre, où nous ne savons plus comment construire notre lendemain politique, où nous cherchons. Parler ensemble de ce quotidien où la lutte a bien raison d'être, mais où elle est pourtant bien souvent en sommeil... C'était un vrai jour pour rappeler combien l'indignation peut être action.

Ensemble nous avons regardé des images, lu des mots, nous avons rappelé dans les murs de la maison les luttes de Stéphane Hessel, et celles des autres indignés. Il faudra qu'on regarde Jules et Jim, ils ne l'ont pas encore vu ; cette histoire qui nous avait tant fait rêver avec Emmanuelle quand nous avions leur âge.... Mardi, mon coeur était déjà mis à mal parce que la population de ma ville n'était pas venue en masse soutenir les ouvriers en lutte. Travail de mémoire...

 

• Moi René Tardi, prisonnier de guerre au StalagIIB, Jacques Tardi, Casterman 2012  Bon le titre parle de lui-même : Tardi narre l'histoireP1010572.JPG que son père lui a transmise avec des carnets, sa Guerre. Bah faut le lire... je ne vais pas vous raconter si son père a eu faim, s'il a été malmené, s'il s'est sauvé, etc. Faut le lire.

 

J'ai juste eu quelques difficultés à accepter la construction du récit, et le jeu de dialogue... mais je l'ai finalement assez vite oublié au profit du dessin et de la narration, du roman familial.

 

Je me suis rappelé les mots de mon pépère Henri, ce qu'il m'a évoqué de sa captivité, de son camp à côté de leipzig, des soviétiques avec qui il était, de l'herbe qu'il a arrachée pour la manger, etc. J'aurais aussi aimé que mon pépère Albert me raconte sa guerre, mais je n'ai jamais eu cet espace d'intimité avec lui. Dommage....

Rédigé par nata

Publié dans #les petites lignes

Repost 0
Commenter cet article

Carine 15/03/2013 21:39

rien que de lire ton billet ça m'émeut bcp, j'ai relu indignez vous ces jours-ci. La solidarité n'est plus une valeur à la mode. :-(

Gaëlle 03/03/2013 12:35

Oh oui, Nata, tellement d'accord, Résister, S'indigner, mettre l'humain au coeur de nos priorités, de nos systèmes....Bref.
Et en passant, notre bout d'Homme, Lohen, fait du 4-5 ans en haut/3-4 ans en bas ;-)

caroline 02/03/2013 11:29

Tu as raison, restons Indignés.
Bises

emmab 01/03/2013 14:03

à SE !
et je lirai ce livre, merci.
emma

Moka 28/02/2013 23:04

Quel beau billet.
Indignons-nous ! Tout "simplement".

Marmotte 28/02/2013 13:56

Ce que tu racontes de tes "pépères", je pourrais dire la même chose... Je rajouterai qu'à défaut de "me raconter", on m'a transmit le chant des partisans (que je chantais à tue tête quand j'étais
petite, quand j'y repense c'est juste excellent! ;-)).

Marie 28/02/2013 06:54

J'ai aimé, hier, entendre sa voix, à la radio, les bouts de poésie, ses mots de résistant. C'est drôle, j'ai ce mot sur les lèvres depuis plusieurs jours. Résister, résister, résister.