14

Publié le 30 Juillet 2015

14

• 14 , Jean Echenoz, Les Editions de Minuit, 2012

1er Août 1914. L'appel. Charles et Anthime, deux frères doivent quitter le village pour le front. Blanche les attend au village. Elle est enceinte. L'un perd la vie, l'autre revient meurtri. Il sera celui de Blanche.

Echenoz nous épargne l'atrocité de la Guerre et pourtant nous met le nez dedans sans aucun doute. Tout y est sans y être. C'est la force de ce récit, je crois. L'ennemi, c'est l'autre camp. La violence est là mais on ne s'y attarde pas. « Tout cela ayant été décrit mille fois, peut-être n’est-il pas la peine de s’attarder encore sur cet opéra sordide et puant. » dit-il dans son roman.

Un texte court mais marquant.

Rédigé par nata

Publié dans #les petites lignes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

rachel 30/07/2015 13:16

oh je pense qu'il faut en parler....les gens va-t-en guerre de maintenant ont oublie.....en tout cas cela semble bien...;)

Christine stebler 30/07/2015 09:29

C'est un écrivain de génie. J'ai une estime sans borne pour lui. Ca me fait vraiment plaisir de lire ton avis. Bonnes vacances de lecture!